Running, Sport

[Compte Rendu] Semi Marathon de Paris #whyiswimparis

5 mars 2017
semi-marathon de paris

Avant de vous raconter la course, petit retour en arrière. Le 15 janvier, après un séjour au ski parfait à Chatel, je commence ma prépa marathon. Je ne pars pas de zéro car je courrais encore un peu depuis mon dernier semi à Lucerne et depuis les 10km d’issy les moulineaux en décembre dernier. Je dois avouer que j’aime bien diversifier les sports et dans cette période hivernale je me concentre plus sur les weekends ski.

Une semaine après le début de ma prépa, j’apprends que je dois me faire opérer… Résultat, plus de 2 semaines d’arrêt et un gros coup dans mon programme. Je reprends mon plan d’entrainement mi février et je fais suivant mes sensations. Ça se passe plutôt bien et je dois faire une séance d’environ 1h45 durant la première semaine de mars. Je sonde alors autour de moi et je récupère un dossard pour le semi de Paris (Merci Marine).

semi-marathon paris

La veille de la course, j’assiste à un beau match de Pro A avec une victoire de l’ASVEL (Lyon represent). J’avale 300g de pâtes et j’essaye de dormir. Ce n’est pas une grosse réussite mais je me lève à 5h30 en forme.

Je pars avec des fringues de rechange et j’arrive à la consigne. Il fait super froid mais la pluie n’est pas (encore) là. Je rejoins les potos max, camille et alice et nous rentrons dans le sas. Et là, la tempête commence, des grosses gouttes en continue avec du vent… Avant même le départ, je suis déjà trempé.

semi-marathon paris

La course commence et je ne m’attendais pas à devoir slalomer autant, il y a énormément de monde et je galère vraiment à dépasser les personnes par manque de place. Je ne veux pas réduire mon allure alors je fais des grosses diagonales. Au bout du 4ème km, je suis vraiment en forme et je décide d’accélérer.

Point Météo : il pleut toujours autant et je plonge mes pieds régulièrement dans des superbes flaques. Bref, je vais avoir une bonne tête de vainqueur sur les photos.

semi-marathon

Les 10 premiers kilomètres passent tout seul. À partir du 11ème, on attaque la fameuse route des “tunnels” vers les quais de bercy. Là encore, énormément de monde et je dois faire des gros écarts pour me frayer un chemin. Ça monte un peu mais je suis en forme et je maintiens une bonne allure. Du 14ème au 18ème km, c’est la partie la moins fun pour moi, du faux plat montant et des longueurs… mais je m’arrête au ravito (c’est la guerre pour avoir une banane !), je mange mon fruit et ça me booste. J’ai des jambes et le cardio est nickel. J’accélère encore et je franchi la ligne d’arrivée en 1h39m11s !

Je suis vraiment FRIGORIFIE, la pluie redouble d’intensité et je n’arrive pas à bouger mes mains. Je tremble dans l’aire d’arrivée en essayant de manger mon pain d’épice 😆 . Je vais vite me changer et je rejoins les potos. Le meilleur moment de cette journée ? La douche chaude de 45 minutes en rentrant.

semi-marathon

semi-marathon de paris

Je n’ai jamais connu une météo comme ça sur une course mais au final cela ne m’a pas tant dérangé car j’ai eu vraiment d’excellentes sensations. Ça me fait une “bonne” séance d’entrainement dans mon objectif marathon (même si je n’ai pas couru les 1h45 de mon plan d’entrainement 🙂 ). Félicitations à l’ensemble des finishers, vous avez assurés ! On se donne rdv dans 1 mois pour le double de kilomètres… Et pour ceux qui veulent me suivre sur Strava, c’est par ici.

 

Jérémy

 

Vous Aimerez Aussi