Sport, Triathlon

COMPTE RENDU – Ironman Switzerland Zürich 2019

24 juillet 2019
Ironman Switzerland Zurich 2019

IRONMAN SWITZERLAND ZÜRICH 2019

Durant la fin de l’année 2018 et les 6 premiers mois de 2019, on vous aura partagé notre quotidien pour le très gros objectif qui nous attendait le 21 Juillet : L’Ironman Switzerland Zürich 2019 ! Notre premier full Ironman.

Pour rappel, l’Ironman c’est 3,8 km de natation, 180 km à vélo et enfin finir par 42,2 km de course à pied. 

Comme pour chaque gros objectif, il faut la prépa qui va avec. Comme expliqué dans l’article que nous avons publié il y a quelques semaines , on a du beaucoup nager, courir et enfourcher les vélos….

Au total, depuis Décembre 2018, on a cumulé chacun :

  • 160 km de natation
  • 3650 km de vélo
  • 1000 km de course à pied

Ça n’a pas été toujours facile (et loin de là) de supporter la charge d’entraînement, les longues heures à pédaler sous la pluie, les sorties longues de run avec les jambes comme des poteaux… Mais ça nous a appris beaucoup sur notre corps et sur la charge d’entraînement que ce dernier peut supporter. Pour optimiser au mieux cette prépa, on a pour la première fois fait un appel à un coach (Seb, si tu nous lis :)), ce qui a permis d’avoir un plan détaillé et optimisé pour ne pas se blesser et arriver en meilleur forme le jour J.

En parlant de ce fameux jour J, et après s’être remis de nos émotions,  on vous explique en détails comment ça s’est passé

Vendredi 19 Juillet (J-2)

La veille, il y avait déjà eu le traditionnel check de l’ensemble du matos et la préparation de la logistique pour le transport. On avait prévu d’arriver deux jours en train depuis Paris. Autant dire que le voyage n’est pas de tout repos avec le transport des vélos et du matos qui pèse lourd. Après 4h, on arrive à destination et on prend place dans notre Airbnb.

Ironman Zurich Switzerland 2019

Pas de temps à perdre, on se dépêche d’aller au village pour pouvoir retirer les dossards et découvrir le lieu de la course. En arrivant sur place, et en prenant notre dossard dans les mains, on commence seulement à réaliser que le jour de la compétition est bientôt là après des mois d’impatience.

Ironman Zurich Switzerland 2019

Ironman Zurich Switzerland 2019

Ironman Zurich Switzerland 2019

On se balade un peu pour repérer le départ de la natation et profiter du village. La natation part de Mythenquai et forme une boucle (en forme de T) de 3,8 km dans le lac de Zürich. L’eau est superbe et ça donne envie de piquer une tête vu la chaleur.

Samedi 20 Juillet (J-1)

La traditionnelle journée avec le check-in de l’ensemble du matériel (et le stress qui va avec). On prépare soigneusement les affaires pour les mettre dans chaque sac de transition et on retourne au village pour le dépôt des sacs et des vélos. Beaucoup plus de monde ce jour là et l’excitation monte d’un cran. Voir toute cette effervescence donne envie d’être sur la ligne de départ. Maintenant, il ne reste plus qu’à se reposer au maximum à l’appartement et manger les traditionnelles pâtes. Le réveil est mis pour 4h00 le lendemain (enfin 3 réveils pour être sûr de ne pas le louper)

Ironman Switzerland ZürichIronman Switzerland ZürichIronman Switzerland Zürich

Dimanche 21 Juillet : Ironman Switzerland Zürich

Étonnamment la (courte) nuit fut plutôt bonne et on se réveille en forme. Petite mauvaise nouvelle en regardant par la fenêtre, il pleut des cordes et les prévisions annoncent de la pluie pendant toute la matinée (jusqu’à 13h). On avale notre gatosport et on se prépare pour aller sur le lieu de départ. En arrivant à l’aire de transition, la pluie a redoublé d’intensité, on check si les vélos vont bien, on range notre nourriture, on se prépare en mettant la combinaison et on va s’échauffer un peu dans l’eau. Bonne nouvelle, la combi est autorisée car l’eau est à moins de 24,6°C !

Ironman Switzerland Zürich

Ironman Switzerland Zürich

SWIM – 3,8 km

Après 5 minutes de crawl dans le lac de Zürich, le speaker indique qu’il est temps de rejoindre son SAS car le départ sera donné à 6 h 50 pour les pros et 7 h pour nous. On se place dans le sas 70/80 min.

On attend ce moment depuis des mois et c’est enfin l’aboutissement, le jour J après tant d’heures d’entraînement. Pas de stress, on est simplement heureux d’être ici et de pouvoir vivre cette course et, bonus, la pluie s’est arrêtée.

Le tracé de la partie natation forme une sorte de T sur 3,8 km. La stratégie de course sur cette partie est simple : Julien reste dans mes pieds et j’ai pour mission de faire le moins de zig zag possible pour ne pas rajouter de la distance (c’est pas gagné ça).

ironman Switzerland Zurich

Dix minutes plus tard, on est ensemble au niveau du rolling start (c’est à dire 7 départs toutes les 5 secondes) et c’est parti. Comme pour tous les triathlons ça frotte un peu au départ mais les sensations sont bonnes. On reste toujours le plus proche possible des bouées pour éviter de rallonger les kilomètres. On a un bon rythme, sans doute l’effet de groupe qui permet de bénéficier de l’aspiration sans trop de gêne. On boucle le premier kilomètre en 1min53/100m alors que nous sommes plutôt sur des bases habituelles de 2min/100m. Après, ça commence à se corser car nous entamons une grande ligne droite de 2 kilomètres et les concurrents s’étirent petit à petit. Le rythme ralenti et le courant n’est pas à notre avantage. J’essaye de lever la tête régulièrement pour bien avoir les bouées à ma droite. Au bout d’un moment,  je sens quelqu’un qui me prend la cheville à deux reprises et me tire, je regarde et c’est Julien qui me dit que je vais pas droit (il est fou celui là haha). Je vérifie et je suis pas mal niveau direction donc je lui dis de continuer à me suivre. On garde un bon rythme et on essaye de bien glisser sur l’eau mais le chrono descend sur cette partie à 2min15/100m.

On entame le dernier kilomètre et on sent comme des impacts… On lève la tête et une grosse tempête revient. Clairement, je ne vois absolument rien dans l’eau avec les impacts de la pluie et je fais une confiance aveugle aux personnes devant moi pour m’aiguiller. On retrouve néanmoins notre rythme classique 2min/100m et on aperçoit l’arche. Au final, 1h23 pour 3950 mètres. Un peu en dessous de ce qu’on avait en tête mais c’est pas bien grave car le principal est ailleurs : on a réussi à sortir ensemble de cette partie et on entame la transition numéro 1 motivés comme jamais.

Ironman Switzerland Zurich 2019

Ironman Zurich Switzerland 2019

Transition 1

La pluie redouble d’intensité et on se pose sur les bancs pour prendre le temps de ne rien oublier (ça serait dommage de partir sans lunettes ou gants pour 180 km). On discute de la partie natation et on se dit surtout de ne pas oublier le coupe vent/k way car partir pour 6 h de vélo sous une tempête sans aucune protection ça nous semblait très risqué. Au total, on se change en 10 min 40 et on enfourche le vélo avec le coupe vent sur les épaules. Pas grave pour l’aérodynamisme au départ (on ne voulait pas revivre le remake du 70.3 Pays d’Aix 2018).

BIKE 180 km – 1600m D+

Le début du parcours consiste en 30 km de plat le long du lac. L’objectif est de ne pas appuyer sur les pédales directement comme des malades (180 km, c’est long). On reste donc sur notre rythme de croisière, sur les prolongateurs, et ça avance très bien sans forcer. 33 km/h de moyenne et la pluie commence à s’estomper. On réussi à rester ensemble tout en respectant les distances pour ne pas se prendre un carton de pénalité (les arbitres étaient très vigilants sur ce point et même parfois un peu trop pointilleux..).

ironman Switzerland Zurich

A l’issue de cette première portion, on commence la partie vallonée du parcours qui dure environ 40 km. C’est une succession de montées, descentes, faux plat, dans l’arrière pays Zurichois. Le cadre est bucolique et le revêtement plutôt bon. Seul bémol, la route n’est parfois pas fermée à la circulation mais les arbitres et bénévoles sont aussi là pour veiller à notre sécurité et ça se passe plutôt bien. Concernant l’alimentation et l’hydratation sur la partie vélo, une demi barre toutes les 30 minutes de course et 3 gorgées d’eau alternée avec 3 gorgées de boissons isotoniques toutes les 15 minutes.

ironman Switzerland Zurich

On s’arrête au bout de 50km pour enlever notre coupe vent car on commence à avoir chaud (le soleil tape fort maintenant). On fait encore attention à ne pas trop forcer dans les ascensions pour ne pas cramer de l’énergie inutilement.

Les 70 premiers kilomètres se passent très bien, on fait gaffe dans les descentes car on constate pas mal de chutes / crevaisons et ça serait bête de s’arrêter là. Il y a 5 ravitaillements sur la totalité du parcours et c’est super bien organisé (comme l’ensemble de l’IRONMAN). Les bénévoles sont au taquets, ils nous encouragent à fond. Côté supporter, c’est la même chose, beaucoup de monde sur la route et une très bonne ambiance (Hop ! Hop !). Ça fait plaisir de rouler dans ces conditions.

ironman Switzerland Zurich

Vient le moment du retour sur le bout du lac avant de finir la première boucle du parcours. On croise déjà pas mal d’athlètes qui repartent pour la deuxième boucle. On arrive alors pour la meilleure partie du tracé : Heartbreak Hill ! 8% à faire au 85 ème et au 170 ème km. On attaque l’ascension et une marée humaine se présente au loin. Les  encouragements résonnent en même temps que les cloches, etc.. On se croirait au tour de France. Surtout, notre famille est là et ça nous rebooste. On termine cette première partie en ayant pris beaucoup de plaisir.

ironman Switzerland Zurich

Mais attendez, c’est vrai, il reste encore 90 kilomètres à faire… Et là, au bout de 100 km de course, ça commence à se corser. Déjà, on a de plus en plus de mal à tenir la position sur le vélo. Nous avons un gabarit (1m90, pas souple du tout) qui fait que les vélos de chronos sont assez agressifs pour nous. On a fait le pari d’en prendre un pour l’IRONMAN et on a fait une étude posturale pour être parfaitement à l’aise mais sur des longues distances on a encore du mal. En plus, on prend le vent de face sur la portion de 30 kilomètres de plat. Je vois Julien s’éloigner et je suis pris d’un mal de ventre. Ca va être long…

ironman Switzerland Zurich

L’allure ralentie mais on se remotive mutuellement quand on se double au fur et à mesure pour éviter le drafting. On prend un bidon d’eau au ravito et on pense bien à conserver une alimentation régulière. Le mal de ventre est très handicapant et on s’arrête pour une pause technique au 130 ème km. Ca me fait du bien mais, pour tous les deux (on est pas jumeaux pour rien), on commence à subir avec la chaleur et les douleurs. C’est assez frustrant car on avait jamais ressenti ça durant l’entraînement et notre allure baisse. Mais bon, on fait avec et on se dit qu’on tente quand même de tenir la position aéro le plus longtemps possible.

Les montées s’enchainent et c’est sympa car pas mal d’athlètes nous disent que c’est génial de voir des jumeaux et qu’on le fasse ensemble. Un père de famille, qui fait l’IRONMAN Zurich pour la troisième fois, nous dit qu’il est papa de triplé et que ses enfants font du triathlon. Une fille nous dit qu’elle est dégoutée car elle avait prévu un “Snickers” pour se faire plaisir mais qu’il a fondu avec le soleil.

Au bout de 150 km on attaque la portion de plat qui va nous mener jusqu’à Heartbreak Hill, je n’ai plus de boisson isotonique et je tente le coca qui passe plutôt bien. C’est le moment où tu en as marre et tu as une seule envie : commencer la course à pied.

170 ème km, on reprend une dernière fois la montée mythique du parcours et on se dirige vers le parc à vélo.

ironman Switzerland Zurich

On pose le vélo en 6h43, 30 minutes environ après les prévisions que l’on avait envisagé. On a clairement payé la baisse de régime sur la seconde partie. Au niveau du dénivelé positif, il affiche 2300 sur les 1600 prévu par l’organisation. Bon, Strava délire souvent là-dessus, mais je pense qu’on doit être dans les 2000 m de dénivelé sur la totalité des 180 km. Malgré tout, on est super contents d’attaquer la dernière ligne droite et notre famille nous remotive à nouveau en posant les vélos.

Transition 2

On prend encore notre temps pour cette deuxième transition et surtout, on passe par la case toilette car à force de  boire des litres et des litres… Plus motivé que jamais, on part pour 4 boucles de 10 km en plein coeur du centre ville de Zurich.

ironman Switzerland Zurich

RUN – 42,2 km

La course à pied, c’est généralement là où on se sent le mieux. Sur cette partie, on décide de partir sur notre rythme de croisière sans jamais dépasser les 145-150 battements par minute. Les premiers kilomètres, c’est comme dans un rêve, aucune douleur, aucune sensation de jambes lourdes et un cardio au top. Une des choses les plus difficiles mentalement sur le run c’est de croiser des concurrents qui ont déjà deux ou trois bracelets de couleurs (cela indique qu’ils ont déjà effectué deux ou trois tours du parcours). Il faut se forcer à se concentrer surtout sur sa course et ses sensations. Le fait qu’on arrive à rester ensemble (team JUJE) et au même rythme nous aide beaucoup.ironman Switzerland Zurich

On prend de l’eau et du coca à chaque ravito et on avale le premier gel ainsi qu’une pastille de sel au bout d’une heure de course. À la fin de chaque boucle,  il y a un passage devant l’arche d’arrivée et tu vois les personnes qui terminent. On a qu’une hâte, que notre tour arrive.

Il y a beaucoup de spectateurs autour du parcours et beaucoup de “Oh they’re twins”, “Allez les jumeaux”, “Allez Sportaucarre”, ça fait vraiment chaud au coeur et c’est essentiel dans des moments comme ça. Une personne nous double sur la fin de la première boucle de course à pied et nous dit qu’il aime beaucoup ce qu’on fait sur Instagram. On discute deux trois minutes et on apprend qu’il est à son troisième tour. On se souhaite bon courage mutuellement. On boucle les 10,5 km en 56min55.

Le deuxième tour commence à l’identique et jusqu’au 18 ème kilomètre on arrive à maintenir un cardio stable et un rythme régulier de course.  On termine le semi-marathon en 1h56 et c’est à partir de moment-là que ça commence à se gâter.

ironman Switzerland Zurich

Niveau nutrition, impossible d’avaler un gel de plus car on est à un stade niveau gastrique où le corps est dégouté de tout. On veut prendre une pastille de sel qu’on avait soigneusement rangé dans notre trifonction mais je m’aperçois que je les ai fait tomber quand j’ai pris mon premier gel.

D’un commun accord, on prend une pause technique “toilette” au 23 ème kilomètre pour tenter de libérer l’estomac. Ca sera notre kilomètre le plus long du marathon (11min  😆 ). Les bénévoles nous encouragent et la pause fait du bien même si le corps reste encore dans un état lourd. C’est une sensation assez étrange.

On repart ensemble et on se motive mutuellement dès que l’un ou l’autre a un coup de moins bien moralement. C’est certain que si on avait été tout seul à ce moment là on aurait pas eu la même motivation et on ne pose plus la question du temps, on se cale au rythme de l’autre au fur et à mesure que les kilomètres défilent.

ironman Switzerland Zurich

Le troisième tour se termine au mental avec quelques passages de marche pendant les ravitos. Au 31 ème kilomètre on est à 3h09 de course sur le marathon et là c’est le moment le plus compliqué de la course. On se fait violence pour repartir et les encouragements de notre famille nous aident beaucoup. Les spectateurs te disent ‘il reste que 10 kilomètres allez” mais tu entends “Il reste encore 10 kilomètres c’est interminable”.

On débranche le cerveau et on se dit qu’on marche juste quelques secondes aux ravitos pour boire et on repart. On alterne ça et ça fonctionne. 33 ème, 35 ème, 38 ème, 40 ème,… On trouve des ressources insoupçonnées et on profite quand on sait que nous approchons de l’arche rouge. Plus de douleurs, juste une énorme satisfaction qui monte. Les encouragements sont nombreux et on prend le dernier virage avant les 100 derniers mètres sur le tapis rouge.

ironman Switzerland Zurich

On profite chacun de ce moment en marchant et on entend le fameux “JULIEN, YOU ARE AN IRONMAN, JEREMY YOU ARE AN IRONMAN” et on se jette dans les bras de notre famille.

Grosse émotion, après 12h44 d’effort, on l’a fait ! Au classement ça donne 990ème sur 2000 partants.  C’est indescriptible la satisfaction que l’on peut ressentir quand on passe la ligne d’arrivée après des mois d’entraînement et de voir l’objectif qui se concrétise.

ironman Switzerland Zurich

BILAN

A J+3 de cette épreuve, le corps récupère bien et mise à part quelques douleurs on est en forme. Ce qui en ressort de ce premier IRONMAN ? Déjà qu’il faut rester très humble sur cette distance, c’est un effort très long, difficile à gérer et qui demande beaucoup d’expérience. On part avec des certitudes qui sont écartées en une fraction de seconde. Tout l’art est de trouver le bon dosage pour chaque sport et chaque portion de course. Chaque course est différente et a des spécificités propres. Se lancer dans un IRONMAN n’est pas quelque chose d’anodin. Ça demande un gros investissement que ça soit personnellement, professionnellement et financièrement. Il faut vraiment réfléchir et se demander si on est prêt à le faire car ça peut être tentant de céder sur un coup de tête. Personnellement, notre corps va apprendre de cette expérience et cela sera très utile pour les prochains défis à venir. À la fin on se dit plus jamais mais on a déjà envie de se réinscrire pour revivre une journée comme celle-ci. On profite encore de cette euphorie récente et les images de la course défilent continuellement dans la tête.

ironman Switzerland Zurich

Enfin, un énorme merci à nos proches, notre coach et vos nombreux messages de soutien. C’était incroyable.

Et pour revivre la course en vidéo ça se passe ici :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Avant le compte-rendu complet, on vous fait revivre ce jour si particulier du 21 juillet 💪🏻

Une publication partagée par Jérémy et Julien 🇫🇷 (@sportaucarre) le

 

Vous Aimerez Aussi