trifonctions homme-trifonctions femme-juje triathlon

Sport

Kobe Bryant : Portrait et itinéraire d’un surdoué

15 décembre 2015
Kobe Bryant Portrait

Le 30 novembre, après plus de 20 ans sur les parquets de la NBA, Kobe Bryant annonce qu’il tirera sa révérence à l’issue de la saison 2016. L’un des plus grands sportifs de tous les temps met fin à une carrière incroyable, couronnée de titres, dollars et succès. Ce bourreau de travail, à la personnalité parfois troublante, a marqué les deux dernières décennies. Génie pour les uns, égoïste et hautain pour les autres, tous s’accordent néanmoins à dire qu’il est l’un des plus talentueux de sa génération. Itinéraire et portrait d’un surdoué. 

L’histoire commence à Rieti. Cette petite ville de 50 000 habitants, située à quelques kilomètres de Rome, a sans doute construit le personnage. Son père, après plusieurs saisons aux États-Unis, décide de s’exiler en Europe pour poursuivre une belle carrière. À 7 ans, Kobe vit plutôt bien ce changement de pays et parle couramment italien seulement 6 mois après son arrivée. Toujours un ballon sous le bras, il suit son père à chaque entraînement et profite de la moindre petite pause pour shooter, shooter et encore shooter.

kobe bryant portrait

Durant toute sa carrière, Kobe a vanté la formation du basket en Europe « les européens ont des meilleurs fondamentaux que les américains parce qu’ils ont appris le basket de la bonne manière ».

L’homme, amoureux de la technique et du dribble, ne supporte pas l’approche « physique » de l’autre côté de l’atlantique. Rien d’étonnant quand on sait qu’il passait ses journées (et nuits) à reproduire les dribbles et les mimiques de Magic Johnson.

Après cette épopée européenne, son père décide de ramener la famille aux Etats-Unis. Kobe a alors 15 ans et un seul objectif en tête : devenir pro et jouer en NBA. Au lycée, il impressionne tout le monde et devient le meilleur lycéen du pays. Les universités se l’arrachent mais, contre toute attente, il décide de se présenter à la draft 1996 sans aucune expérience universitaire. Cela ne l’empêchera pas d’être drafté à la 13ème position par les Hornets de Charlotte pour être transféré directement chez les Lakers de Los Angeles.

Kobe Bryant Portrait

Bryant devient le plus jeune joueur de l’histoire de la ligue lors de son premier match. Les débuts sont timides mais le potentiel est énorme. Dès sa deuxième saison, il est considéré comme le nouveau Michael Jordan. La comparaison fait sourire quand on sait que durant le début de sa carrière il était littéralement fasciné par le « king ». À 19 ans, lors d’une rencontre contre les Bulls, il se rapproche du maître avec 33 points inscrits (contre 36 pour Jordan). Débordant de confiance, Kobe a la sensation d’avoir accompli quelque chose  de « normal ».

Kobe est un éternel « étudiant », sa soif d’apprendre et de victoire paraissent inépuisables. Entraînements de plus de 8h par jour, séances de musculation à 3h du matin… Pendant son temps libre, il bouquine sur les éléments tactiques, la défense, les gestes de ses adversaires… Un de ses péchés mignons ? Les séances vidéo qu’il s’inflige en permanence avec l’obsession permanente d’être plus fort que les autres. Une haine de la défaite qui l’anime au quotidien.

Kobe Bryant Portrait

Il devient rapidement le pilier de Los Angeles et de la NBA et permet aux Lakers de remporter 3 titres de champion d’affilée de 1999-2002. Durant un match contre Sacramento, il réussit à inscrire 48 points (plus 16 rebonds) alors que 24h auparavant il était au chevet de sa femme hospitalisée. Décrit comme « possédé », il est un des rares basketteurs à pouvoir atteindre un tel niveau de concentration.

En 2003, Kobe est au sommet. Marié et père de famille comblé, il évolue au sein de la meilleure équipe de la ligue. Les sponsors affluent et son salaire s’envole. Ombre au tableau, il doit subir une intervention pour soigner des douleurs récurrentes au genou. Durant l’été, alors qu’il se repose dans un hôtel avant l’opération, une des employées de 19 ans l’accuse de viol. L’affaire prend une proportion sans précédent. Kobe admet qu’il a eu une relation sexuelle extraconjugale mais que la fille était consentante. L’image du joueur et père modèle est fortement écornée. S’ensuivra une année difficile sur le plan judiciaire : audiences à répétitions, mensonges, révélations dans la presse,…

Kobe Bryant Portrait

Paradoxalement, il continue d’enchaîner les performances exceptionnelles sur le terrain. Après une heure de sommeil, il est aligné pour jouer la demi-finale de conférence contre les Spurs. 48 minutes et 42 points plus tard, il porte son équipe à bout de bras et permet d’égaliser à 2-2 dans les confrontations. Finalement, l’accusation abandonne les poursuites en 2004 et Bryant ne sera pas poursuivi.

Kobe Bryant Portrait

Durant cette affaire, les embrouilles de vestiaires resurgissent. Phil Jackson, entraîneur emblématique des Lakers, commence à avoir du mal à gérer la relation entre Kobe Bryant et Shaquille O’Neal (l’autre grosse star de la ligue). La fracture entre Bryant et ses coéquipiers atteint son paroxysme. Imprévisible et solitaire, KB « n’a besoin de personne pour devenir le plus grand basketteur de tous les temps ». Il ne veut plus parler de O’Neal dans la presse et estime être bien au-dessus de son coéquipier. Ce caractère hautain et égoïste fait partie du personnage mais plombe l’ambiance du groupe. Malgré tout, à l’été 2004, le comité de direction de Los Angeles décide de ne pas renouveler Jackson, et O’Neal est transféré à Miami. Kobe devient alors le boss de L.A.

Kobe Bryant Portrait

Durant toute sa carrière, Bryant va avoir du mal à composer « en équipe ». Il ne respecte que « les joueurs qui bossent dur et que ne sont pas affectés par les critiques », en résumé, une infime proportion de la ligue. Cela ne l’intéresse pas d’aider les jeunes rookies ou même de jouer avec des autres « stars ». Il a le sentiment qu’il peut porter l’équipe à lui tout seul. Le rôle du sale type, Bryant l’assume. Durant les saisons suivantes, Il ne laisse rien à ses coéquipiers. Sa moyenne de points par saison augmente pour atteindre 35.4 (son record) en 2006.

Un soir de janvier 2006, pour la première fois de carrière, sa grand-mère est dans les tribunes. Mal classé, les Lakers comptent encore une fois sur son numéro 24 pour remonter au classement. Après une mi-temps correcte (26 points), il démarre la dernière demi-heure avec des bases folles. 30 minutes plus tard, il termine avec 81 points. C’est encore, à ce jour, la plus grande performance individuelle du basket moderne.

Le 16 mars 2007, il termine un match contre Portland avec 65 points (dont 31 dans le dernier quart-temps). Sa réaction ? « Je me dépêche car je dois ramener ma fille à temps à la maison pour regarder les bisounours ». Ses performances exceptionnelles lors de la saison 2007-2008 (4 matchs d’affilée à plus de 50 points…) lui valent, pour la première fois de sa carrière, le titre de MVP.

L’alchimie prend forme en 2008, avec l’équipe des Etats-Unis, où Kobe Bryant offre la médaille d’or olympique dans les derniers instants de la finale contre l’Espagne. Son entente avec Pau Gasol est, étonnamment, très bonne. « Black Mamba » est alors au sommet et remporte deux nouveaux titres de champion NBA en 2009 et 2010. Rien ne semble pouvoir l’arrêter. Il demande à Tim Grover (préparateur physique de plusieurs sportifs) de devenir son entraîneur personnel. Nutrition, récupération, kiné, Kobe voulait un programme pour lui permettre de tenir encore plusieurs années au haut niveau. Perfectionniste, il ne laisse rien au hasard et continue d’enchaîner les matchs à une moyenne hallucinante.

Une deuxième médaille d’or plus tard (JO 2012), il attaque sa 18ème saison de professionnel avec toujours la même envie. Mais en avril 2013, à 35 ans, il est victime d’une rupture du tendon d’Achille. Une blessure qui aurait dû mettre fin à sa carrière mais c’est mal connaître le personnage. Il publie un message sur sa page Facebook qui résume son envie perpétuelle de gagner et de travailler toujours plus

« Tout ce travail, tous ces sacrifices jetés par la fenêtre. La frustration est insupportable. Comment pourrai-je revenir après ça, à 35 ans ? Peut-être que ça se termine là, mais il faut arrêter de se morfondre et retourner bosser avec la même conviction, la même envie qu’avant. Si vous me voyez combattre un ours, priez pour l’ours : j’ai toujours aimé cette citation. C’est ma mentalité. Je n’abandonne pas, je ne suis pas. Je subis puis je gagne».

Kobe Bryant Portrait

Un an plus tard, il fera son retour sur les terrains pour, à 36 ans, devenir avec son 32293e point le troisième meilleur marqueur de l’histoire de la NBA. Il dépasse alors son « double » Michael Jordan au classement.

Toujours aussi motivé mais affaibli par les blessures durant les dernières années de sa carrière (rupture du tendon d’achille, fracture du plateau tibial du genou, déchirure à l’épaule,..), il se résout à annoncer sa retraite après 20 ans sur les parquets.

Cher Basketball,

À partir du moment où j’ai commencé à remonter les chaussettes de mon père et lancer des tirs décisifs imaginaires dans le Great Western Forum, j’ai su une chose : je suis tombé amoureux de toi.

Un amour si intense que je t’ai tout donné, mon corps, mon esprit ainsi que mon âme. Comme un petit garçon de six ans, éperdument amoureux de toi, je n’ai jamais vu le bout du tunnel. Je n’ai vu que moi-même courant à en perdre haleine. Et j’ai couru. J’ai couru à droite, à gauche, sur chaque terrain. Après chaque ballon perdu, tu me demandais de me bouger. Je t’ai donné mon cœur.

J’ai joué à travers la sueur et les blessures, pas par défi mais parce que TU m’appelais. J’ai tout fait pour TOI.

Tu as donné à un garçon de six ans son rêve de Lakers et je t’aimerai toujours pour ça. Mais je ne peux pas t’aimer avec la même obsession pour très longtemps. Cette saison est tout ce qu’il me reste à donner.

Mon esprit peut gérer la lutte

Mon cœur peut encaisser les coups

Mais mon corps sait qu’il est temps de dire au revoir

Et tout va bien, je suis prêt à te laisser partir. Je veux que tu le saches désormais. Ainsi nous pourrons tous les deux savourer nos derniers instants ensemble. Les bons, les mauvais, nous avons partagé tout ce que nous avions.

Et on sait tous les deux, peu importe ce que l’on fera à l’avenir, que je resterais cet enfant avec les chaussettes remontées, la poubelle dans le coin avec  5 secondes restantes à l’horloge, le ballon dans mes mains. 5…4…3…2…1

Je t’aimerai toujours, Kobe

Sa dernière saison sera sûrement anecdotique, mais il restera un sportif hors norme qui a su imposer son style sur les terrains de la NBA. L’un des plus grands sportifs du 21ème siècle tirera sa révérence, à sa manière, et restera toujours un éternel gagnant.

trifonctions homme-trifonctions femme-juje triathlon

Vous Aimerez Aussi