trifonctions homme-trifonctions femme-juje triathlon

Sport

Avant-première de “View from a blue moon” au Grand Rex !

17 novembre 2015
view from a blue moon

Nous avons eu le plaisir, avec notre pote Max, d’être invités à l’avant-première du film “View from a blue moon” de John John Florence au Grand Rex ! En tant que passionné de surf, Maxime vous fait le compte rendu de cette soirée ! Avant toute chose, laissez-nous vous donner un aperçu du film avec le teaser. 

On active la 4K svp 🙂 !

Passé le cocktail pré-visionnage, on s’installe au 2ème étage de l’immense salle du Grand Rex où des photos sont diffusées sur le petit écran sous l’arche lumineuse.

Le maître de cérémonie entre en scène et nous présente la qualité “4K” du film, « The high definition of high definition », rien que ça. Petit message de John John Florence qui n’était pas présent, puis l’immense écran descend. Là, on se dit qu’on va en prendre plein les mirettes.

VFABM_JOHN_FLORENCE_1280-X-1024_12

Le premier film de cet Hawaïen de 23 ans débute avec un retour en enfance où l’on voit des images de lui, en train de surfer sur son île, avec son frère. Déjà, on sent que le gamin est facile quelle que soit la taille de la vague. Il surfe avec le sourire et l’insouciance d’un enfant mais avec la dextérité et la technique d’un vieux de la vieille. Rien de bien étonnant finalement quand on jette un œil sur son parcours et qu’on voit, qu’à 13 ans, il participait déjà à une épreuve majeure du circuit…

View from a blue moon

Après ce retour en enfance, passe ensuite le générique entièrement filmé sous l’eau. Point de vue assez inhabituel pour un film de surf mais avec de très belles images de vagues qui se cassent, de barrels filmés par les caméras immergées, de coraux,… Seul bémol, c’est un peu long.

John John nous emmène ensuite faire un tour du monde de quelques spots de surf. D’Hawaï, à la côte Ouest australienne en passant par l’Afrique du Sud, les images sont envoûtantes. Ce film pue le surf, on sent presque les vagues sous nos pieds, l’air marin qui souffle. Les séquences filmées grâce à des drones nous donnent cette impression d’immensité propre à l’océan.

view from a blue moon

La seule critique que nous pourrions faire c’est qu’il manque un peu de “paroles”. On aurait aimé entendre John John hors de sa planche (même si c’est sans doute là qu’il s’exprime le mieux). Si les images parlent d’elles-mêmes, quelques témoignages ou séquences extra surf auraient été bienvenues. Comme ces plans de Rio qui arrivent à tirer l’essence de la ville en quelques minutes avant de nous emmener sur le spot désert qui contraste avec le fourmillement de la capitale carioca.

Après un passage, très à-propos, du discours de John F. Kennedy pour annoncer que les Etats-Unis vont aller sur la Lune. JJF nous ramène, chez lui, à Hawaï. Le film se termine sur un témoignage émouvant de Bruce Irons et son envie retrouvée de surfer après le décès de son frère Andy.

En sortant du film, avec nos jolies casquettes Nixon & Hurley, on a qu’une envie : partir surfer.

view from a blue moon

Maxime

trifonctions homme-trifonctions femme-juje triathlon

Vous Aimerez Aussi